En arbresanteur

Grimper dans un arbre ! C’est irrésistible à six ans, et en vogue chez les adultes. L’attrait des cimes, en baudrier ou pour y dormir se confirme en Guyane, les prestations se multiplient doucement. Pour la communauté scientifique, la canopée amazonienne offre un terrain de jeu primordial.

« Les maillons peuvent tenir 2 tonnes, et 8 tonnes en charge de rupture », énonce l’encadrant. Dans quelques minutes, les quatre participants à cette matinée de grimpe dans une superbe angélique seront suspendus à 20 mètres du sol, retenus par une corde et leur maillon. Là, les voici suspendus aux lèvres du cordiste, Samuel Counil, qui énumère avec la plus grande précaution les principes de sécurité et de grimpe.

Se hisser à la force des bras et d’un pied jusqu’au feuillage d’un gros arbre comme s’il s’agissait de remonter une racine aérienne est une expérience grandiose. L’association Cimes à gré le sait et décidait en 2014 de proposer la grimpe pour tous. « Ce projet s’est véritablement imposé comme une nécessité en Guyane, après avoir constaté l’écart entre la richesse du patrimoine arboré guyanais et la méconnaissance de ce dernier ou les difficultés pour y accéder en toute sécurité » explique Samuel, le président, lequel propose de tester ...

Nos lecteurs ont lu ensuite

Il vous reste 86% de l'article à lire.
La suite est réservée à nos abonnés.
Vous avez déjà un compte ou un abonnement ? Se connecter
Souhaitez-vous lire cet article gratuitement ?
Créer un compte

Vous préferez lire Boukan en illimité ?
Je m'abonne
Logo payement
X
Le téléchargement des PDF des numéros n'est pas inclus dans votre abonnement
Envie de télécharger ce numéro au format digital ?

L'intégralité des articles et les PDF pour 29€ par an
Je m'abonne
Logo payement