Conte palikur – La femme baboun Estwa gidahan pahavwi amekene gikak maruksi

Il y a bien longtemps, un homme venait de perdre sa femme. Après l'avoir pleurée des jours et des nuits, après son deuil et sa peine, il se consola. Il recommença à vivre sa vie de tous les jours. Tous les matins, il allait faire son canot, puis il revenait chez lui. Cela dura à peu près deux semaines.

Un jour qu'il était dans la forêt en train de faire son canot, il entendit des babounes chanter à proximité de l'endroit où il se trouvait. Il se dit en lui-même : -Je vais aller en tuer pour mon repas, car je n'ai rien à manger aujourd'hui. Il y alla et en tua deux. Il revint dans son carbet et s'empressa de les nettoyer. Il décida d'en faire cuire un pour son repas du jour et de faire boucaner l'autre, qui était une femelle. Un autre jour, l'homme repartit faire son canot dans les bois. A son retour il trouva son carbet bien rangé, ses vêtements bien lavés et son cachiri était pressé et passé dans le manaré (sorte de tamis). , et tout prêt dans une calebasse. Sans se poser de questions, il but bien vite son cachiri, prit son bain et se reposa. Cela dura quelques jours. Quand il rencontrait des gens de sa famille, il leur demandait : - Est-ce vous qui êtes passés chez moi ? Et ils lui répondaient : - Non, ce n'est pas nous.

Cela dura quelques jours. Un jour, il se mit en colère : quelqu'un avait mis le doigt ...

Nos lecteurs ont lu ensuite

Il vous reste 93% de l'article à lire.
La suite est réservée à nos abonnés.
Vous avez déjà un compte ou un abonnement ? Se connecter
Souhaitez-vous lire cet article gratuitement ?
Créer un compte

Vous préferez lire Boukan en illimité ?
Je m'abonne
Logo payement
X
Le téléchargement des PDF des numéros n'est pas inclus dans votre abonnement
Envie de télécharger ce numéro au format digital ?

L'intégralité des articles et les PDF pour 29€ par an
Je m'abonne
Logo payement