À la recherche du Ravenel

Il est des navires qui marquent l’histoire de la navigation et restent ancrés dans toutes les mémoires. On peut citer le Titanic, ou encore le Manureva disparu en 1978 pendant la première Route du Rhum. Sur l’archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon, un nom est présent dans tous les esprits depuis 62 ans : le Ravenel. Qu’est-il arrivé à ce chalutier flambant neuf en cette fin de mois de janvier 1962 alors qu’il pêchait entre l’archipel et Terre-Neuve ? Le 23 mai 2021, une campagne de recherches, cette fois avec des moyens scientifiques, est lancée. La science va-t-elle enfin donner des réponses aux familles endeuillées ?
Saint-Pierre. Les salines, face à la mer ; cette mer si généreuse et si cruelle. Une saline est une petite cabane où les pêcheurs stockaient leur matériel avec leur bateau devant : le doris. Une de ces salines a été transformée en lieu d’exposition et de rencontres le temps des recherches sur les disparus du Ravenel. Il faut expliquer aux jeunes générations l’histoire tragique de ce chalutier construit en 1959 à Saint-Malo. Tout juste arrivé sur l’archipel, il fait la campagne de pêche de 1961 avant de sombrer en janvier 1962. Dans ce lieu d’exposition et de mémoire, Sybil Olano, qui a perdu son père Frédéric Olano dans la tragédie, est un des derniers « gardiens du temple » de la mémoire du Ravenel. Avec sa silhouette longiligne et son béret basque sur la tête, il en connaît les moindres détails. Comme pour les autres familles, il voudrait enfin pouvoir faire son deuil et connaître les circonstances de la mort de son père et de ses 14 collègues. « Le Ravenel était un chalutier classique. On chargeait et déchargeait les filets sur les côtés contrairement aux chalutiers actuels où cette manœuvre se fait par l’arrière. Il a quitté Saint-Pierre le 21 janvier 1962 pour une campagne de pêche de 10 jours. Le 27 janvier, vers 17 h, comme tous les jours, il appelle son armateur, la SPEC (Société de Pêche et de Congélation), pour lui indiquer les lieux de prise et ...

Nos lecteurs ont lu ensuite

Il vous reste 91% de l'article à lire.
La suite est réservée à nos abonnés.
Vous avez déjà un compte ou un abonnement ? Se connecter
Souhaitez-vous lire cet article gratuitement ?
Créer un compte

Vous préferez lire Boukan en illimité ?
Je m'abonne
Logo payement
X
Le téléchargement des PDF des numéros n'est pas inclus dans votre abonnement
Envie de télécharger ce numéro au format digital ?

L'intégralité des articles et les PDF pour 29€ par an
Je m'abonne
Logo payement