Du futur des dernières tribus isolées de l’Amazonie

De nombreuses communautés vivent en dehors de l'économie mondiale, comme dans les îles Andaman, l'Océan Indien ou les montagnes de Nouvelle-Guinée. Mais les dernières tribus isolées de la planète se trouvent essentiellement en Amazonie, notamment à l'ouest du Brésil et à l'est du Pérou. Elles ne sont pas immunisées contre bon nombre de maladies occidentales, ne disposent pas d'armes modernes pour se défendre contre les «envahisseurs» armés - trafiquants de drogue et bûcherons clandestins par exemple- et n'ont pas voix au chapitre dans le débat national.
Analyse du correspondant du Science Magazine Andrew Lawler (New York Times, 9/08/15). Extraits. Les communautés isolées ont de bonnes raisons de rester cachées. Suite au débarquement de Christophe Colomb, des dizaines de millions d'Amérindiens ont péri victimes des maladies européennes et africaines. Il y a un siècle, des milliers d'entre eux furent contraints au travail forcé pour le compte des barons du caoutchouc. Même les étrangers en apparence bienveillants semèrent la mort. Ainsi, dans les années 1950, un ethnographe allemand porteur d'un agent pathogène décima quelque 200 personnes. Les anthropologues et les ONG affirment que le trafic de drogue, l'exploitation forestière, minière et pétrolière, ainsi que le changement climatique, la disparition d'espèces et le déclin du couvert forestier mettent ces tribus en péril. Même les équipes de télévision [à la recherche du scoop] constituent une menace. Selon le rapport d'un anthropologue péruvien (2008), quelque 20 décès dus à la grippe sont imputés à une équipe TV qui avait franchi sans autorisation une zone réglementée. Le Brésil et le Pérou ont adopté des approches radicalement différentes envers les peuples isolés. Pour le Brésil, qui s'est inspiré des missionnaires de la fin du XIXe siècle, l'Amazonie a longtemps été une frontière à domestiquer. Les agents du gouvernement installèrent de petits postes frontières ...

Nos lecteurs ont lu ensuite

Il vous reste 77% de l'article à lire.
La suite est réservée à nos abonnés.
Vous avez déjà un compte ou un abonnement ? Se connecter
Souhaitez-vous lire cet article gratuitement ?
Créer un compte

Vous préferez lire Boukan en illimité ?
Je m'abonne
Logo payement
X
Le téléchargement des PDF des numéros n'est pas inclus dans votre abonnement
Envie de télécharger ce numéro au format digital ?

L'intégralité des articles et les PDF pour 29€ par an
Je m'abonne
Logo payement