La culture du riz chez les Noirs marrons:un héritage africain

Le riz a une place très particulière dans la culture des Marrons comme le témoignent les offrandes aux ancêtres lors des levées de deuil (Puu baaka). En effet, le riz est offert en quantités colossales lors des fêtes de deuil chez les Marrons alors que le manioc, qui constitue pourtant la base de l’alimentation quotidienne, y est à peine présent. Chaque femme du lignage doit préparer du riz cultivé à l’abattis et vanné à la main. Il est alors appelé nenge alisi, par opposition au riz acheté dans le commerce (agina). La nuit précédant la cérémonie de levée de deuil, quelques heures avant l’aube, la place du village est investie par les femmes avec leur mortier. Les mortiers sont placés en ligne au centre de la place et toutes les femmes se placent autour avec leur pilon : c’est la cérémonie du lolo mata (« rouler les mortiers ») qui consiste à piler le riz de manière collective. Chaque femme change successivement de mortier, suivant une sorte de danse rythmée par le pilage du riz. Les hommes eux aussi peuvent participer à ce travail collectif qui se passe à la lumière de la pleine lune (les dates des levées de deuil sont toujours choisies en fonction de la lune). Le riz est ensuite vanné à la main dans les grandes batées (té) sculptées par les hommes pour leurs ...

Nos lecteurs ont lu ensuite

Il vous reste 91% de l'article à lire.
La suite est réservée à nos abonnés.
Vous avez déjà un compte ou un abonnement ? Se connecter
Souhaitez-vous lire cet article gratuitement ?
Créer un compte

Vous préferez lire Boukan en illimité ?
Je m'abonne
Logo payement
X
Le téléchargement des PDF des numéros n'est pas inclus dans votre abonnement
Envie de télécharger ce numéro au format digital ?

L'intégralité des articles et les PDF pour 29€ par an
Je m'abonne
Logo payement