Amphibiens partie fine chez les grenouilles

La rumeur

Montagne de Kaw, début de la saison des pluies. Il pleut sans arrêt. Un ciel uniformément gris déverse des masses d’eau sur la forêt, imbibant jusqu’au cœur la masse végétale. Les branches des arbres s’alourdissent, parfois jusqu’à la rupture, et le moment tant attendu arrive enfin : les mares forestières jusqu’alors asséchées commencent à renaître. L’excitation est à son comble chez les grenouilles, mais pas uniquement... Leurs prédateurs se préparent aussi, et les nuits, calmes jusqu’alors, redeviennent le théâtre d’une activité foisonnante. Ces sites qui ne se remplissent d’eau que périodiquement offrent d’autre part l’avantage de ne pas contenir de poissons, ce qui fait déjà un prédateur de moins ! Le rassemblement, appelé aussi "explosive breeding" - traduisible par rencontre explosive, ou encore "partouze de grenouilles", de loin le terme le plus employé – sera d’une durée très courte, une nuit et un "bout" de soirée, ou de matinée, ce qui permettra également de prendre les prédateurs de vitesse, mais tous ne se laisseront pas berner…

Retrouvailles bruyantes

Le phénomène se repère d’abord au bruit. Les milliers de mâles qui chantent font régner un vacarme inouï, dont l’intensité est même périlleuse pour ...

Nos lecteurs ont lu ensuite

Il vous reste 78% de l'article à lire.
La suite est réservée à nos abonnés.
Vous avez déjà un compte ou un abonnement ? Se connecter
Souhaitez-vous lire cet article gratuitement ?
Créer un compte

Vous préferez lire Boukan en illimité ?
Je m'abonne
Logo payement
X
Le téléchargement des PDF des numéros n'est pas inclus dans votre abonnement
Envie de télécharger ce numéro au format digital ?

L'intégralité des articles et les PDF pour 29€ par an
Je m'abonne
Logo payement