2 mai 2048, Campus St-Denis, Guyane

Une Saison en Guyane s’est rendu au 25e anniversaire de l’École Nationale Supérieure d’Art des Guyanes.
C’est en 2023 que l’ENSAG voit le jour, sous la triple tutelle des ministères de la Culture, des Affaires étrangères et des Outremers. Installée dans un premier temps dans l’ancien campus universitaire St-Denis, elle devra attendre 6 ans qu’une opportunité foncière et de multiples financements permettent la construction des bâtiments actuels. Totalement innovants et bioclimatiques, ils ont été pensés par le célèbre cabinet d’architecture franco-brésilien Souza&Odger. Pouvant accueillir plus de 300 élèves aujourd’hui, les directions successives ont développé au fil des ans un réseau d’antennes à travers tout le territoire guyanais, mais également au Brésil, Suriname et Guyana. D’ailleurs deux nouvelles succursales sont prévues pour la rentrée prochaine à Trinidad et Tobago. Pour l’occasion, nous sommes allés à la rencontre de son actuel directeur Nell Toukia, entouré de quelques élèves, pour en savoir davantage sur le caractère atypique de cette école. Extrait. USG : Quelles sont les particularités de l’ENSAG ? NT : C'est tout d'abord une école qui s'étend sur 4 pays et bientôt un 5ème, ce qui est unique dans le monde. Au tout départ, la Guyane offrait déjà une grande multiculturalité aux premières générations d'élèves. Mais avec cette fédération du plateaux des Guyanes (d'où l'utilisation du pluriel dans la dénomination), ça a renforcé cette ...

Nos lecteurs ont lu ensuite

Il vous reste 85% de l'article à lire.
La suite est réservée à nos abonnés.
Vous avez déjà un compte ou un abonnement ? Se connecter
Souhaitez-vous lire cet article gratuitement ?
Créer un compte

Vous préferez lire Boukan en illimité ?
Je m'abonne
Logo payement
X
Le téléchargement des PDF des numéros n'est pas inclus dans votre abonnement
Envie de télécharger ce numéro au format digital ?

L'intégralité des articles et les PDF pour 29€ par an
Je m'abonne
Logo payement