Jean-Jacques de Granville ou l’âge d’or des naturalistes explorateurs

Il n’est pas rare de croiser en Guyane, sur le mur défraîchi d’un salon ou d’une salle de bain, l’une de ces planches de Palmiers de Guyane, dessinées en nuances de beige sur fond blanc, avec toujours en guise d’échelle la silhouette d’un randonneur. Ces planches, on les doit à la plume habile du naturaliste Jean-Jacques de Granville, le « roi du palmier », qui s’est éteint à l’âge de 79 ans le 13 décembre 2022. Explorateur hors pair, collecteur obsédé, personnalité iconoclaste et grand vulgarisateur, il a passé plus de 50 ans de sa vie à arpenter les forêts de Guyane les plus reculées, dans ce qui s’apparente à l’un des plus importants travaux d’amassage floristique exploratoire de Guyane.

Un pionnier comparable aux grands explorateurs

Lorsqu’on parle de Jean-Jacques de Granville à ses anciens collègues, un mot, insolite pour les profanes, surgit de toutes les bouches : l’Herbier. Fondée en 1965 par le professeur Oldeman, à une époque où à peine un tiers des espèces guyanaises aujourd’hui décrites étaient connues, cette institution ambitionnait de compiler tous les échantillons végétaux prélevés sur le territoire. Or c’est en 1969, quelques années à peine après sa création, que Jean-Jacques de Granville, né en 1943, s’installe en Guyane. Travaillant pour l’ORSTOM, l’ancêtre de l’IRD, ce jeune chercheur botaniste fraîchement titulaire d’un diplôme d’étude approfondie de botanique tropicale entame alors une longue série d’expéditions en forêt, assorties d’un travail d’amassage monumental. C’est notamment à lui qu’on doit l’exploration, dès les années 1970, de sites de l’intérieur guyanais, connus des autochtones mais jusqu’alors inviolés par la science occidentale, comme les massifs montagneux des Tumuc-Humac, Arawa, Saint Marcel ou Atachi-Bakka. « Jean-Jacques de Granville était un pionnier comparable aux grands explorateurs du XVIIIe siècle », s’enthousiasme Jean-Pierre Gasc, grand ami du naturaliste avec qui il a coécrit « Les Tropiques du ...

Nos lecteurs ont lu ensuite

Il vous reste 88% de l'article à lire.
La suite est réservée à nos abonnés.
Vous avez déjà un compte ou un abonnement ? Se connecter
Souhaitez-vous lire cet article gratuitement ?
Créer un compte

Vous préferez lire Boukan en illimité ?
Je m'abonne
Logo payement
X
Le téléchargement des PDF des numéros n'est pas inclus dans votre abonnement
Envie de télécharger ce numéro au format digital ?

L'intégralité des articles et les PDF pour 29€ par an
Je m'abonne
Logo payement