La Montagne Pelée, un volcan sous haute surveillance

Les volcanologues du monde entier la connaissent pour les éruptions « péléennes » à qui elle a donné son nom. La Montagne Pelée marque l’Histoire en 1902 avec l’éruption la plus meurtrière du XXe siècle, dont la documentation scientifique par Frank Ferret donne naissance à la volcanologie moderne. 120 ans plus tard, l’Observatoire volcanologique et sismologique de Martinique, qui poursuit son étude en continu, nuit et jour, nous ouvre ses portes. 8 mai1902 à Saint-Pierre, 8 h du matin. Sous un soleil déjà haut, des volées de cloches célèbrent l’Ascension. La foule des grands jours se presse dans les églises pour les premières communions, quand le ciel se charbonne brusquement, plongeant la ville dans l’obscurité. 8 h 2 : Un immense panache de vapeur et de gaz s’élance du flanc de la Montagne Pelée qui vient d’exploser, littéralement. Cette nuée ardente - aussi impressionnante que dévastatrice dont la température oscille en 800 et 1 500 °C – déferle sur Saint-Pierre, au pied du volcan, en 634 secondes (la nuée a été modélisée et analysée par des scientifiques en 2020), à plus de 150 km/h, ne laissant que ruines fumantes et désolation derrière elle. Dans le silence assourdissant des décombres, seuls deux survivants – miraculeusement protégés par leur geôle - seront retrouvés sains et saufs parmi 28 000 Pierrotains. La communauté scientifique de ce début de XXe siècle et en ...

Nos lecteurs ont lu ensuite

Il vous reste 93% de l'article à lire.
La suite est réservée à nos abonnés.
Vous avez déjà un compte ou un abonnement ? Se connecter
Souhaitez-vous lire cet article gratuitement ?
Créer un compte

Vous préferez lire Boukan en illimité ?
Je m'abonne
Logo payement
X
Le téléchargement des PDF des numéros n'est pas inclus dans votre abonnement
Envie de télécharger ce numéro au format digital ?

L'intégralité des articles et les PDF pour 29€ par an
Je m'abonne
Logo payement