Minier : le nickel calédonien sous perfusion de l’État français

La Nouvelle-Calédonie, quatrième réserve mondiale du Nickel, vit au rythme du poumon de son industrie minière. Grâce à la réalisation de projets de production de classe mondiale, elle a pu asseoir un modèle politique qui lui a apporté stabilité et prospérité lors des 30 dernières années. Pourtant de nouveaux développements sur le marché mondial affectent l’industrie calédonienne dont la compétitivité est loin d’être assurée…

 

Une dépendance forte à l’économie nickel

Bien qu’étant inférieure à 10 % du PIB de l’île la contribution de l’industrie nickel à l’économie calédonienne est prépondérante, notamment en raison des effets d’entraînement du secteur sur le reste de l’économie, par ses commandes de biens et de services, par son recours à la sous-traitance et par la consommation de ses salariés. Plus de 90% des exportations en valeur proviennent de l’industrie nickel, qui génère près de 20% des emplois du secteur privé. Ainsi, la fluctuation des cours mondiaux et les quantités produites et exportées conditionnent la santé de l’économie du pays. Quand le poumon nickel tousse, c’est toute l’économie du pays qui risque de s‘enrhumer. Aussi parle-t-on de malédiction des matières premières, en référence au manque de diversification de l’économie calédonienne et à sa dépendance vis-à-vis de son industrie nickel.

Une stabilité politique  assurée par un développement économique sans précédent

À bien y regarder, le véritable succès de...

Nos lecteurs ont lu ensuite

Il vous reste 85% de l'article à lire.
La suite est réservée à nos abonnés.
Vous avez déjà un compte ou un abonnement ? Se connecter
Souhaitez-vous lire cet article gratuitement ?
Créer un compte

Vous préferez lire Boukan en illimité ?
Je m'abonne
Logo payement
X
Le téléchargement des PDF des numéros n'est pas inclus dans votre abonnement
Envie de télécharger ce numéro au format digital ?

L'intégralité des articles et les PDF pour 29€ par an
Je m'abonne
Logo payement