A la recherche de monsieur Kuo

De l’enfer urbain de Shenzhen, symbole d’une Chine moderne, libérée et encore loin d’être rassasiée, à la plus modeste « bourgade » de Qingtian, Une Saison en Guyane a remonté les traces des premiers migrants chinois venus chercher l’Eldorado en Guyane, il y a près de deux siècles. L’idée étant de retrouver notamment un certain monsieur Kuo. « Tu verras, tout le monde le connaît », nous a-t-on prévenus… Entre orgies culinaires, excès de gentillesse et menace d’épidémie de grippe H7/N9, reportage dans un pays aussi fascinant qu’effrayant, à la rencontre d’un peuple singulièrement attachant pour qui le travail est une véritable religion. Une drôle de contrée capable des grandeurs les plus folles, où l’on peut encore se permettre de fumer dans un ascenseur ou dans les toilettes d’un aéroport. Et où l’on s’est vite rendu compte aussi, que pour mener notre enquête, la maîtrise du créole s’avérerait bien plus utile que l’anglais ou le français… Récit et photos de notre envoyé spécial en Chine, Guillaume Aubertin
Sale temps pour un Guyanais. À deux semaines de Noël, une vilaine vague de froid venue du nord s’abat sur le sud de la Chine. Le thermomètre dépasse péniblement les dix degrés et la pluie ne s’arrête plus de tomber. Comme si les nuages se mettaient subitement à déverser leur colère, lassés, vexés, meurtris par tous ces nouveaux gratte-ciels qui n’en finissent plus d’empiéter sur leur territoire. D’après les infos diffusées en boucle sur les écrans de télévision qui décorent chaque rame du rutilant métro de Shenzhen, cet épisode climatique semble assez exceptionnel pour faire la Une des journaux. Et justifier ainsi la présence d’une envoyée spéciale sous la pluie, sorte d’Évelyne Dhéliat locale, en nettement plus jeune, manifestement plus asiatique, et surtout terriblement plus sexy. De quoi réchauffer les cœurs avant de partir en quête d’un endroit au sec pour passer la nuit. Les logements ne manquent pas à Shenzhen, où la taille moyenne d’un immeuble culmine à près de 100 mètres d’altitude. La faute, en partie, à la création de la zone économique spéciale qui a permis à la mégalopole du delta de la Rivière des Perles d’atteindre une croissance annuelle de plus de 25 % depuis 1980 (et de connaître un essor démographique tout aussi spectaculaire) en s’ouvrant aux investissements étrangers. Une manière radicale de tourner le dos aux décennies du règne communiste. Pour le meilleur, ...

Nos lecteurs ont lu ensuite

Il vous reste 92% de l'article à lire.
La suite est réservée à nos abonnés.
Vous avez déjà un compte ou un abonnement ? Se connecter
Souhaitez-vous lire cet article gratuitement ?
Créer un compte

Vous préferez lire Boukan en illimité ?
Je m'abonne
Logo payement
X
Le téléchargement des PDF des numéros n'est pas inclus dans votre abonnement
Envie de télécharger ce numéro au format digital ?

L'intégralité des articles et les PDF pour 29€ par an
Je m'abonne
Logo payement