BIGI PAN Entre exploitation économique & protection de l’environnement

Située à la frontière avec le Guyana, l’aire protégée de Bigi Pan est connue pour la valeur socio-économique qu’elle revêt pour ses habitants. Bigi Pan comprend 130 000 ha, avec une proportion égale de zones marines et terrestres. Elle est classée aire protégée de catégorie VI selon les critères de l’UICN (Union internationale de conservation de la nature). En 1987, il a été déclaré que les activités économiques peuvent se poursuivre à Bigi Pan, à moins que des risques majeurs et irréversibles pour l’environnement ne soient constatés. Pour le moment, les pêcheurs travaillant dans les lagunes, les rivières ou sur les côtes marines profitent de cet écosystème saumâtre*. La richesse en espèces d’oiseaux, 127 dont 50 migratrices d’Amérique du Nord, a entraîné la désignation de la zone comme Réserve de l’hémisphère ouest pour les oiseaux migrateurs. Mais depuis quelques années Bigi Pan est en danger...

Biodiversité

A Bigi Pan, les interactions entre les facteurs biotiques* et abiotiques* sont facilement observables. Après la pluie, les dépressions ou les lagunes se remplissent d’eau. L’endroit devient alors accessible aux bateaux de surveillance, aux pêcheurs, aux chasseurs et aux ornithologues. L’hydrologie est influencée par le marécage d’eau douce de la Coronie, la rivière ...

Nos lecteurs ont lu ensuite

Il vous reste 87% de l'article à lire.
La suite est réservée à nos abonnés.
Vous avez déjà un compte ou un abonnement ? Se connecter
Souhaitez-vous lire cet article gratuitement ?
Créer un compte

Vous préferez lire Boukan en illimité ?
Je m'abonne
Logo payement
X
Le téléchargement des PDF des numéros n'est pas inclus dans votre abonnement
Envie de télécharger ce numéro au format digital ?

L'intégralité des articles et les PDF pour 29€ par an
Je m'abonne
Logo payement