Dans les urnes les Ultramarins affirment leur mécontentement

Une
abstention record et un vote en faveur des extrêmes pourraient résumer l’élection présidentielle dans les Outremer. Emmanuel Macron n’a recueilli que 41,7 % des voix dans l’ensemble des territoires ultramarins. Pour la première fois, l’extrême droite est arrivée en tête hors des frontières de l’Hexagone, excepté dans le Pacifique. Les électeurs ultramarins ont largement utilisé le scrutin d’avril 2022 pour signifier leur désaccord profond avec l’ancien et actuel président. En Nouvelle-Calédonie, 65,2 % ; en Guyane, 61,1 % ; en Guadeloupe 52,8 % ; en Polynésie française, 57,7 %… l’abstention reste la grande gagnante du scrutin présidentiel de 2022. Dans les départements, régions et collectivités d’outre-mer, les taux de participation sont bien inférieurs à la moyenne nationale lors du second tour, le 24 avril dernier. Même si trois territoires se sont davantage mobilisés, Wallis-et-Futuna (38,6 %), La Réunion (40,6 %) et Saint-Pierre-et-Miquelon (42,9 %), c’est plus d’un électeur sur deux qui n’est pas allé voter sur l’ensemble de la communauté ultramarine (51,3 % d’abstention). Comment expliquer un tel désintérêt ? Pour la politologue et chercheuse invitée au Cevipof (Centre de recherches politiques de Sciences Po), Christiane Rafidinarivo, il convient d’analyser ces résultats selon les territoires. « En Nouvelle-Calédonie, le parti ...

Nos lecteurs ont lu ensuite

Il vous reste 89% de l'article à lire.
La suite est réservée à nos abonnés.
Vous avez déjà un compte ou un abonnement ? Se connecter
Souhaitez-vous lire cet article gratuitement ?
Créer un compte

Vous préferez lire Boukan en illimité ?
Je m'abonne
Logo payement
X
Le téléchargement des PDF des numéros n'est pas inclus dans votre abonnement
Envie de télécharger ce numéro au format digital ?

L'intégralité des articles et les PDF pour 29€ par an
Je m'abonne
Logo payement