Être Chinois à Tahiti, aujourd’hui

En 2016, des manifestations ont été organisées pour célébrer le 150e anniversaire de l’arrivée des premiers Chinois en Polynésie. Leurs descendants, même s’ils conservent certaines traditions, ont bien changé. Qui sont-ils ? Quels sont les contours


de l’identité hakka en 2019 ?

Philippe Siu est généalogiste. Membre actif de la communauté chinoise polynésienne, il fait partie de la commission culturelle de la fédération chinoise Sinitong. Il met en place des actions pour entretenir les traditions de sa communauté, il réfléchit aux moyens de redonner sa place à la langue de ses ancêtres, le hakka. Après des années de recherches sur les xiang, c’est-à-dire les noms chinois, il affirme que 60 % de la population polynésienne a du sang chinois.

Une composition ethnique et culturelle

Pour le généalogiste, la communauté chinoise en 2019 est un assemblage. Le terme est peut-être « inapproprié », mais il est choisi « à dessein ». C’est « une composition ethnique et culturelle ». Il n’y a plus de familles « 100 % chinoises », ou très peu. La culture et la langue sont désormais « diluées ». Les traditions « se perdent plus qu’elles n’évoluent ». Et cela s’est accéléré récemment. Ernest Sin C han, descendant de 3e génération de migrants hakkas, docteur en psychologie clinique et pathologique, a mené des ...

Nos lecteurs ont lu ensuite

Il vous reste 89% de l'article à lire.
La suite est réservée à nos abonnés.
Vous avez déjà un compte ou un abonnement ? Se connecter
Souhaitez-vous lire cet article gratuitement ?
Créer un compte

Vous préferez lire Boukan en illimité ?
Je m'abonne
Logo payement
X
Le téléchargement des PDF des numéros n'est pas inclus dans votre abonnement
Envie de télécharger ce numéro au format digital ?

L'intégralité des articles et les PDF pour 29€ par an
Je m'abonne
Logo payement