L’agriculture face aux traitements des déchets à Wayabo et Risquetout ouest

Il y a eu Quesnel, aujourd’hui Wayabo et bientôt Risquetout. Ces trois secteurs agricoles sont pressentis pour l’installation d’unités de transformation, d’enfouissement des poubelles et de production d’énergie. Le sursis donné à la décharge des Maringouins de Cayenne touchera à sa fin en 2020. Un projet doit lui succéder. Deux projets sont en concurrences : l’un porté par la  à Quesnel ouest et l’autre par le groupe Séché à Wayabo et à Risquetout. L’instruction de ces dossiers n’a pas encore débutée, mais déjà la fronde des riverains se fait entendre. Ils croyaient l’invraisemblable derrière eux. Mais c’est un nouveau coup sur la tête qu’ont reçu il y a quelques mois les dizaines d’exploitants de Wayabo, zone agricole de 4 500 hectares reliée au secteur de Matiti par vingt kilomètres de bitume plus ou moins mité, sur la commune de Kourou.  Ils apprenaient qu’un projet porté par le groupe français Séché envisage l’implantation d’un site d’enfouissement des déchets non dangereux (appelé : installation de stockage des déchets non dangereux – ISDND) en plein cœur de cette aire agricole de 90 parcelles et à quatre kilomètres à vol d’oiseau de la station de pompage du réseau d’eau collectif de la communauté d’agglomérations du centre littoral (CACL). ...

Nos lecteurs ont lu ensuite

Il vous reste 89% de l'article à lire.
La suite est réservée à nos abonnés.
Vous avez déjà un compte ou un abonnement ? Se connecter
Souhaitez-vous lire cet article gratuitement ?
Créer un compte

Vous préferez lire Boukan en illimité ?
Je m'abonne
Logo payement
X
Le téléchargement des PDF des numéros n'est pas inclus dans votre abonnement
Envie de télécharger ce numéro au format digital ?

L'intégralité des articles et les PDF pour 29€ par an
Je m'abonne
Logo payement