Les sentinelles des criques : une microfaune aquatique à découvrir

Si le paypayo veille sur la quiétude des forêts guyanaises, les criques ont aussi leurs gardiens : les invertébrés aquatiques ! Ces bioindicateurs suscitent un intérêt croissant sur le continent sud-américain. Leur diversité exceptionnelle et leur capacité à renseigner sur l’état de santé de nos cours d’eau ont motivé une équipe internationale d’experts taxonomistes (Argentine, États-Unis, Guyane) à partir à leur recherche en territoire guyanais. Bilan : Deux nouveaux genres et une nouvelle espèce pour la science, des clarifications sur certains groupes complexes et 22 nouvelles espèces pour la Guyane. Et ce n’est qu’un début ! 

Au cours de la saison sèche 2016 une équipe internationale composée de chercheurs argentins, américains et guyanais a sillonné le fleuve Sinnamary et les criques de Saül à la recherche d’invertébrés aquatiques, ces animaux microscopiques et très discrets. Leur but : inventorier des groupes peu connus et découvrir de nouvelles espèces. Après seulement dix jours de prospection, les résultats ont largement dépassé leurs attentes :
« Les invertébrés aquatiques constituent un ensemble complexe : insectes, vers, mollusques, crustacés, etc. Nous ciblions trois groupes en particulier, trois ordres d’insectes » explique Simon Clavier à l’origine du projet. « Les Éphéméroptères, les Coléoptères, principalement au travers des familles Elmidae et Dytiscidae, et les Hétéroptères Naucoridae. Ce sont des groupes très importants, ici, en Guyane ».
Les Éphéméroptères, par exemple, peuvent vivre plusieurs années au stade larvaire dans le milieu aquatique. Une fois adultes, elles deviennent ces petites “mouches”, dépourvues de système digestif fonctionnel, qui ne vivent qu’une seule journée ce qui leur a valu leurs noms d’éphémères. Elles sont très diversifiées en Guyane. Plus d’une cinquantaine de genres quand on en recense seulement 35 en métropole sur un territoire six fois plus étendu. Tellement...

Nos lecteurs ont lu ensuite

Il vous reste 84% de l'article à lire.
La suite est réservée à nos abonnés.
Vous avez déjà un compte ou un abonnement ? Se connecter
Souhaitez-vous lire cet article gratuitement ?
Créer un compte

Vous préferez lire Boukan en illimité ?
Je m'abonne
Logo payement
X
Le téléchargement des PDF des numéros n'est pas inclus dans votre abonnement
Envie de télécharger ce numéro au format digital ?

L'intégralité des articles et les PDF pour 29€ par an
Je m'abonne
Logo payement