Sur le chemin de l’école kali’na

Aujourd’hui les enfants de Awala-Yalimapo bénéficient d’une école bilingue. Mais la scolarisation des jeunes kali’na du territoire n’a pas toujours été aussi respectueuse de leur culture. Le chemin aboutissant à cette école républicaine kali’na est le fruit d’un long combat après des années de souffrance. En 1882, l’école devient obligatoire et laïque en France. Pour les enfants kali’na l’école attendra un peu… et la laïcité plus encore. C’est au début des années 1930 que des religieux de Mana se rendent au village kali’na de la pointe Isère pour convaincre les parents de leur confier leurs enfants afin de les scolariser. L’école est alors bien différente de celle que l’on connaît aujourd’hui comme en témoignent les écrits d’une sœur de l’époque : « une œuvre toute nouvelle vient de s’offrir à notre zèle : celle des Indiens ou Peaux-Rouges de la pointe Isère. Le bon père nous amena une dizaine d’Indiennes de 6 à 16 ans, pour leur enseigner, avec les vérités de la religion, les premiers éléments du ménage et de la couture. Leur docilité et leur candeur font notre joie ». Jusqu’à une trentaine de jeunes kali’na sont ainsi scolarisés à Mana, les filles à «l’école des sœurs», les garçons, logés chez le curé, suivent les cours de l’école publique. En 1950, le nombre d’Amérindiens scolarisés diminue fortement. Dans le cadre du Service des ...

Nos lecteurs ont lu ensuite

Il vous reste 88% de l'article à lire.
La suite est réservée à nos abonnés.
Vous avez déjà un compte ou un abonnement ? Se connecter
Souhaitez-vous lire cet article gratuitement ?
Créer un compte

Vous préferez lire Boukan en illimité ?
Je m'abonne
Logo payement
X
Le téléchargement des PDF des numéros n'est pas inclus dans votre abonnement
Envie de télécharger ce numéro au format digital ?

L'intégralité des articles et les PDF pour 29€ par an
Je m'abonne
Logo payement