200 ans après SIMON BOLIVAR Le Venezuela de Chávez

Les stupéfiantes informations de Wikileaks nous révèlent l’insoupçonnable : les démocraties libérales n’aiment pas Hugo Chávez ! Alvaro Uribe, l’ancien président colombien, le comparait à Hitler, tandis que Jean-David Lévitte, conseiller diplomatique de Nicolas Sarkozy, qualifie le président vénézuélien de “fou”. L’expert n’a pas tort. Il faut en effet être complètement fou pour faire ami-ami avec l’Iran d’Ahmadinejad ou la dictature des frères Castro de Cuba. Mais ne nous méprenons pas, ce n’est pas cette folie qui exaspère l’Occident. En nationalisant le secteur pétrolier vénézuélien, et en promettant d’en faire profiter toutes les couches de la population, Chávez remet en cause le Nouvel Ordre Mondial ; il s’oppose à ceux qui depuis la chute du mur de Berlin veulent nous faire croire que nous vivons dans le meilleur des mondes possibles.

Au Fonds Monétaire International et à la Banque Mondiale qui lui reprochent un bilan  désastreux au niveau des grands indicateurs économiques (inflation, dépenses publiques...), Chávez  répond : « Ici, on privilégie le social plutôt que l’économie désincarnée » (Libération, 2 juillet 1999). Son bilan est, il est vrai, très différent : le taux de pauvreté, qui augmentait chaque année, décroit depuis son arrivée au pouvoir - moins 73% de pauvreté ...

Nos lecteurs ont lu ensuite

Il vous reste 86% de l'article à lire.
La suite est réservée à nos abonnés.
Vous avez déjà un compte ou un abonnement ? Se connecter
Souhaitez-vous lire cet article gratuitement ?
Créer un compte

Vous préferez lire Boukan en illimité ?
Je m'abonne
Logo payement
X
Le téléchargement des PDF des numéros n'est pas inclus dans votre abonnement
Envie de télécharger ce numéro au format digital ?

L'intégralité des articles et les PDF pour 29€ par an
Je m'abonne
Logo payement