L’archéologie au microscope découvertes récentes sur le maïs précolombien

En Guyane, les populations locales, notamment amérindiennes, font une forte consommation de manioc (Manihot esculenta), patates douces (Ipomea batata), haricots rouges (Phaseolus sp), et dans une moindre mesure de maïs (Zea mays). Si le manioc est aujourd’hui la racine la plus consommée sous forme de galettes de manioc (la cassave), de couac ou encore de tapioca, des recherches archéologiques récentes nous rapportent que cela ne fut pas toujours le cas.

Se nourrir dans la Guyane de l'an mil

Des fouilles archéologiques menées sur l’Ile de Cayenne par l’Inrap ont exhumé des meules en pierre et des platines en céramique associées à la période la plus récente de l’époque précolombienne, de 900 à 1500 après notre ère environ. Malgré le temps écoulé, des granules d’amidon microscopiques ont survécu dans les fissures de la céramique cuite et des blocs de roches sur lesquels les graines ou racines étaient manipulées. Il est possible de déterminer l’espèce ou la famille de chaque granule d’amidon car chaque espèce possède une empreinte différente qui se voit au microscope, ce qui permet d’attribuer la granule à un taxon*. En l’occurrence, celle-ci correspondait à une consommation et une préparation de maïs. Les analyses permettent également de déterminer si l’amidon a été chauffé et/ou écrasé, si des racines ou rhizomes* ont été cuits pour une soupe ou encore si les graines ont été broyées pour obtenir une farine. Tous ces aspects nous intéressent car ils nous racontent le régime alimentaire des Amérindiens, ce qu’ils cultivaient et comment ils exploitaient leur environnement. L’archéologie permet également d’envisager des modes de préparation : par le broyage ou le pilage avec différents outils ou artefacts*. Les analyses peuvent enfin déterminer si la pulpe obtenue a été cuite sur une plaque à cuire ou dans ...

Nos lecteurs ont lu ensuite

Il vous reste 81% de l'article à lire.
La suite est réservée à nos abonnés.
Vous avez déjà un compte ou un abonnement ? Se connecter
Souhaitez-vous lire cet article gratuitement ?
Créer un compte

Vous préferez lire Boukan en illimité ?
Je m'abonne
Logo payement
X
Le téléchargement des PDF des numéros n'est pas inclus dans votre abonnement
Envie de télécharger ce numéro au format digital ?

L'intégralité des articles et les PDF pour 29€ par an
Je m'abonne
Logo payement