Paludisme, l’autre fièvre de l’or

A l’écart du système de santé, les conditions de vie sur les sites d’orpaillage illégaux créent un milieu propice à de nombreuses pathologies, le paludisme en tête. Une équipe médicale du Centre d’Investigation Clinique de Cayenne se rend sur les bases arrière logistiques des orpailleurs clandestins pour dépister le paludisme et étudier cette épidémie peu visible mais potentiellement explosive.

Antonio do Brinco, un village de baraquements de bois et de tôle en face de Maripasoula où s’alignent des hangars commerciaux, des restaurants brésiliens et hôtels de passe sur la rive surinamaise du fleuve Maroni. Les orpailleurs, majoritairement brésiliens, viennent ici se reposer, vendre leur or, et acheter du matériel d’orpaillage. C’est là que nous accostons ce matin de février. La pirogue s’approche lentement du ponton en bois. Les gens nous regardent étonnés – et un peu suspicieux – décharger des caisses en plastiques, moustiquaires et autres bâches. Nous posons notre matériel dans un coin et saluons les personnes présentes tandis que notre médiateur explique le motif de notre venue.

Infirmière, médecin, et médiateur, nous sommes une équipe médicale du Centre d’Investigation Clinique (CIC), le service de recherche en épidémiologie du Centre Hospitalier de Cayenne. Nous menons une étude sur le paludisme chez les orpailleurs clandestins travaillant en Guyane, principale pathologie touchant cette population. Pour cela, nous nous rendons sur les bases arrière logistiques et lieux de passage des orpailleurs et leur proposons de participer à l’étude : une prise de sang, un test de dépistage rapide du paludisme, suivi d’un traitement gratuit si celui-ci s’avère positif, un questionnaire anonyme sur les connaissances, attitudes et pratiques ...

Nos lecteurs ont lu ensuite

Il vous reste 92% de l'article à lire.
La suite est réservée à nos abonnés.
Vous avez déjà un compte ou un abonnement ? Se connecter
Souhaitez-vous lire cet article gratuitement ?
Créer un compte

Vous préferez lire Boukan en illimité ?
Je m'abonne
Logo payement
X
Le téléchargement des PDF des numéros n'est pas inclus dans votre abonnement
Envie de télécharger ce numéro au format digital ?

L'intégralité des articles et les PDF pour 29€ par an
Je m'abonne
Logo payement